L'aquaculture et les emissions

La côte norvégienne est réputée pour ses fjords profonds et son courant sud-nord qui génère un important brassage des eaux. D'après les autorités norvégiennes, les émissions de nutriments et de matière organique en provenance des sites d'aquaculture ne représentent que 2 % des nutriments présents naturellement dans la mer.

La côte norvégienne est connue pour ses fjords profonds et un courant puissant qui permet un brassage important de l'eau.
Les émissions de nutriments et de matière organique en provenance des sites d'aquaculture ne représentent pas un problème environnemental aujourd'hui. Photo: Norges sjømatråd

Les fermes aquacoles génèrent des émissions de matières organiques et de nutriments. Si la production est trop importante par rapport à l'emplacement du site, ces émissions peuvent avoir des répercussions négatives sur l'environnement.

Inspections environnementales

Le processus de demande d'un permis d'aquaculture intègre la réalisation d'une étude environnementale de la zone de production. En cas de réponse favorable, un permis d'émissions est également délivré.

Les entreprises aquacoles sont tenues de vérifier régulièrement si les conditions environnementales sont satisfaisantes et en conformité avec la norme norvégienne NS 9410. Ces contrôles incluent l’inspection des fonds marins et des animaux vivant dans les sédiments. Les résultats de ces inspections permettent d'estimer l'impact du site aquacole sur les fonds marins. Une inspection s'intéresse à la zone de production de l'installation aquacole (MOM B), tandis qu'une autre inspection étudie la zone de transition (MOM C). Les résultats permettent d'ajuster la capacité de production à chaque site aquacole, évitant les problèmes de surproduction.

Statut environnemental

La Direction des Pêches examine les résultats des études environnementales et prend les mesures nécessaires en cas de situation inacceptable. Les études montrent une amélioration globale des conditions environnementales ces dernières années. En 2014, 94 % des sites aquacoles affichaient de bonnes ou très bonnes conditions environnementales pour leur zone de production, et 93 % des sites ont obtenu un statut environnemental bon ou très bon pour leur zone de transition.

Les émissions de nutriments et de matière organique en provenance des sites d'aquaculture ne représentent pas un problème environnemental aujourd'hui. 

Liens utiles